LE GARCON

 

Résumé

Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin, d’instinct.
Alors commence l’épreuve du monde : la rencontre avec les hommes – les habitants d’un hameau perdu, Brabek, l’ogre des Carpates, lutteur de foire philosophe, Emma, mélomane et si vive, à la fois soeur, amante et mère. « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’abominable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation.
Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience, émaillé d’expériences tantôt tragiques, tantôt cocasses, et ponctué comme par interférences des petits et grands soubresauts de l’Histoire, le Garçon est l’immense roman de la condition humaine.

L'Auteur

MARCUS MALTE

Après un bac littéraire, Marcus Malte (Marc Martiniani)?, né en 1967, passe un CAP de projectionniste et obtient une Licence d'études cinématographiques. Puis il devient musicien de rock, de jazz et de variétés dans les bals de village et projectionniste pour la Fédération des Œuvres Laïques - Ciné 83 avant de se consacrer finalement à la littérature.

Le premier roman de Marcus Malte, "Le Doigt d'Horace", est publié en 1996 au Fleuve Noir. Il est suivi chez le même éditeur du "Lac des singes" (1997) et de "Carnage, constellation" (1998). "Le Vrai con maltais" sort en 1999 aux éditions Baleine dans la collection "Le Poulpe" créée par Jean Bernard Pouy.

En 2001, il rejoint les éditions Zulma où il publie notamment "Et tous les autres crèveront" (2001), "Mon frère est parti ce matin" (2003) et "La Part des chiens" (2003, Prix Polar dans la ville 2004). 

Après la publication de "Plage des Sablettes, souvenirs d'épaves" (Autrement, 2005), du recueil de nouvelles "Intérieur Nord" (Zulma, 2005, Prix du Rotary Club de la nouvelle) et des polars pour la jeunesse "Il va venir" (Syros, 2006), "Le Chapeau" (Syros, 2006), "De poussière et de sang" (Pocket jeunesse, 2007), "L'échelle de Glasgow" (Syros, 2007) et "Le Chat Machin" (Syros, 2007), Marcus Malte publie en 2007 chez Zulma "Garden of Love". Le livre est distingué par de nombreux prix littéraires dont le Grand Prix Paul Féval de la Société des Gens de Lettres, le Prix Michel Lebrun, le Prix Cannes Polar, le Prix Sang d'encre des lycéens, le Prix Millepages, le Prix Coeur noir de Saint Quentin en Yvelines et le Prix des Lectrices de Elle 2008, catégorie Policier.

En 2016, "Le garçon" obtient le prix Fémina.

Lorsqu’il n’écrit pas pour les enfants ou les adolescents, Marcus Malte cultive, dans ses oeuvres, un univers tourmenté et mystérieux, porté par une maîtrise singulière de l’art du récit. 

Mon avis

Je suis très facilement entrée dans le récit de cet enfant sauvage qui se trouve confronter à la solitude après le décès de sa mère. Il ne parle pas mais il est malgré tout docile vis à vis de ceux qui le recueillent ou l'aident. De sa naissance à la mort de sa mère il n'a été confronté que 5 fois aux êtres humains. 

Au fil de sa vie il se verra intégré à la vie d'une petite communauté mais un tremblement de terre le relancera sur les routes, puis il se joindra à Brabek le lutteur, libre, qui sillonne le territoire avec sa roulotte et son cheval pour trouver plus fort que lui et lorsqu'il le trouvera il décidera de son avenir. Puis il y a la rencontre avec Emma, Emma la belle, celle qui va l'ouvrir à la beauté des choses, de l'amour, des plaisirs.

Mais le Garçon va se trouver projeter dans l'horreur de la guerre, de ses atrocités et son côté bestial va prendre le dessus et il n'en sortira pas indemne.

L'écriture est riche, détaillée (j'ai eu souvent besoin du dictionnaire) sur la nature, les animaux etc..... mais aussi sur le comportement humain.

Parfois un peu de longueurs mais difficiles à reprocher tellement l'écriture est belle. C'est un voyage dans un monde parallèle, celui d'un être qui a tout à apprendre, qui ne prononcera aucun mot, qui regarde, qui écoute, qui éprouve au fil du temps des sentiments, un peu mais qui trouvera son salut loin du monde, ailleurs, à la source......

Ma note : ***

Ciao