84 CHARING CROSS ROAD

Résumé

Pendant vingt ans, une New-Yorkaise fauchée a entretenu une correspondance avec son libraire londonien. Ses lettres, libres, émouvantes et inattendues, ont déjà conquis Anglais et Américains.

L'Auteure

HAFF

Helene Hanff est une écrivaine née en 1916 à Philadelphie.
Auteur de pièces de théâtre, elle a également écrit des scénarios pour la télévision. 
Son unique roman, 84, Charing Cross Road a connu un véritable succès des deux côtés de l'Atlantique. Il a fait l'objet d'une adaptation cinématographique avec Anne Bancroft et Anthony Hopkins en 1987. Helene Hanff a également écrit La duchesse de Bloomsbury Street (1973).
Morte à 80 ans, dans une maison de retraite et sans le sou, Helene Hanff avoua avoir manqué le plus important de ses rendez-vous : Frank Doel est mort quelques années avant qu'elle puisse s'offrir le voyage, et la librairie Marks & Co est fermée pour toujours. 

Mon avis

Depuis le temps que j'entendais parler de ce "roman/correspondance" je l'ai entre les mains et je l'ai lu en deux heures (très court).

Il s'agit de la correspondance entre Helene Hanff, américaine, passionnée de littérature anglaise et la Librairie Marks & Co à Londres et en particulier Frank Doel, concernant l'achat de livres en version originale ou ancienne. Au début les échanges sont "professionnels" mais au fil des années (pendant plus de 15 ans) les relations sont devenues amicales.

En plus de Frank Doel, Helene Hanff échange avec diverses personnes de la librairie, l'épouse de Frank Doel car elle leur fournit très vite de la nourriture suite au rationnement d'après-guerre à Londres. Un lien fort se créé des deux côtés de l'Atlantique. Elle est très libre dans sa façon d'écrire,pleine d'humour et de réalisme sur la vie difficile d'écrivain aux Etats-Unis,  Lui reste toujours professionnel mais peu à peu se confie à sa correspondante, de façon très pudique.

Ils ne se sont jamais rencontrés réellement car il décédera d'une péritonite en 1969. Elle finira sa vie misérablement dans une maison de retraite mais cet échange est très touchant mais aussi très enrichissant au niveau de la connaissance de la littérature anglaise, du travail de recherche de livres anciens, dans des éditions particulières. On note également la différence de ton entre les deux pays : très libéré pour Helene Hanff et très "comme il faut" pour Frank.

Quand on aime les livres on ne peut être que touchés par ces lettres si pleines d'amour des belles lettres ....... dans tous les sens du terme.

Ma note : ***

Ciao