PARIS LA BLANCHE

Résumé

Rekia, 70 ans, mère de famille kabyle dont le mari, Nour, est parti depuis 48 ans travailler en France, décide de quitter l'Algérie pour la première fois, direction Paris, afin de le ramener enfin au village.

TERKI

l'Auteure

Lidia Terki naît en Algérie mais grandit en France1. Elle a occupé successivement plusieurs rôles au sein de l'industrie cinématographique, tour à tour assistante de la mise en scène, décoratrice ou membre d'une équipe de production.

Mon avis

Quel est notre place quand on a vécu 48 ans dans un pays autre que le sien ? Connait-on mieux le pays d'adoption que sa famille ?

Très beau film, fait de beaux plans, de peu de dialogues, car tout passe par la prise de vue, les regards, les silences.

Il est question de séparation, de famille, de liens, mais aussi de fierté, du sacrifice fait par ces travailleurs que la France a été cherché dans les années 60/70 afin, entre autres, de construire nos cités et qui ne trouvent pas leur place que se soit en France où dans leur pays d'origine.

Le courage de cette femme, magnifiquement interprété, sa volonté, son amour pour son mari, pour le père de ses enfants, la dignité de cet homme qui ne sait plus où est sa place quand la retraite arrive. Il ne connait plus ses enfants, il est isolé et vit modestement dans un foyer mais ne se plaint pas et découvre la capitale, la Tour Eiffel, grâce à l'arrivée de se femme. C'est comme un voyage de noces. 

Il y a plein de tendresse, d'espoir dans l'aide trouvée par la femme à son arrivée à Paris par des gens qui partagent le peu qu'ils ont, et l'aide souvent ne coûte rien. 

l'ensemble porte à la réflexion et à notre regarrd sur tous ces regards que l'on croise, que l'on évite parfois sans connaître leurs parcours et leurs souffrances.

Ma note : ***

Ciao