ALICE OU LE CHOIX DES ARMES

Résumé

Un inspecteur de police auditionne une jeune femme, Alice Delcourt, soupçonnée du meurtre de son ancien chef de service, Samuel Tison. Nous apprendrons au fil de l’interrogatoire qu’elle a été harcelée par Samuel Tison, et que c’est peut-être là le mobile du crime, si crime il y a eu.
Le roman tout entier tourne et retourne la question de la violence au travail. Comment réagir ? Avec quelles armes ? Celles de la légalité, par le recours à la justice, celles de la violence, en usant de la loi du talion ? Que faut-il faire ? Se venger, porter plainte, tuer, se tuer, dénoncer ? En témoignant, Alice Delcourt inventorie, en détails, toutes ces questions, et les émotions qui les accompagnent : peur, effondrement, haine, révolte, désir de vengeance…
Si le roman met en scène une enquête, ce qu’il exprime avant tout c’est le besoin qu’éprouve Alice d’être entendue. Jouant du champ/contrechamp, Stephanie Chaillou émaille la déposition de textes brefs, éclatants qui racontent les souvenirs, les espoirs, les fantômes et les peurs d’Alice, tout un arrière-monde qui permet de la localiser autrement que comme coupable et victime.

L'Auteure

S

Diplômée de philosophie (DEA et CAPES) à Université Panthéon Sorbonne (Paris I), Stéphanie Chaillou née en 1969, a été professeur de philosophie de 1995 à 2002 puis rédactrice au Centre Pompidou à Paris.
Elle a publié aux éditions Isabelle Sauvage, en 2007, Précisément là, parfois (en coédition avec les éditions Opaques), livre d’artiste dont elle est l’auteur aussi bien du texte que des images (six encres). 
Elle a par ailleurs réalisé les encres qui accompagnent les textes de Joanna Mico dans Hypothèses, paru en 2004.
En 2009, elle publie Un léger défaut d’articulation, retenu dans la sélection Jeunes talents, Fnac, 2010. 
Après la publication de trois recueils de poèmes, "Un homme incertain" (Alma, 2015), sélectionné pour le Prix Première 2015, est son premier roman.

Mon avis

Dès les premières pages j'ai eu un choc car ce qui est relaté je l'ai vécu. C'était les mêmes situations, les mêmes expressions, les mêmes pensées..... Une bouffée de mon passé est remontée à la surface et, même si le temps a passé, j'ai eu le même mal être.

Alice a bien du mal à expliquer sa relation avec  Samuel Tison, son supérieur hiérarchique, même à l'enquêteur. Elle a tellement vécu cela de l'intérieur, à l'intérieur de l'entreprise, à l'intérieur d'elle même qu'elle ne répond pas toujours aux questions. Elle tourne en rond, en boucle. L'inspecteur Kerrelec est pourtant bienveillant, mais il veut comprendre ce qui c'est réellement passé, pourquoi a-t-elle démissionné, pourquoi n'a-t-elle pas été entendue ?

Pour avoir vécu ce genre de situation, il est très difficile de faire comprendre aux autres le vécu, l'enfer que cela représente car on a à faire à des personnes manipulatrices, bien sous tout rapport, qui donne satisfaction à leur direction (n'était-elle pas d'ailleurs pilotée par elle.....). On se sent seule, incomprise, ignorée, dévalorisée.

Je pense que l'auteure a dû vivre une situation analogue ou alors a relaté l'expérience d'une personne ayant vécu ce genre de situation tellement les mots, les états d'âme, les situations sont proches du réel.

Ce court récit mérite d'être lu pour se rendre compte du vécu de certaines personnes, qui tous les jours doivent affronter des hommes ou des femmes pour qui le management se résume à donner hurler des ordres, humilier, rabaisser et fragiliser des êtres humains pour des raisons parfois obscures, parfois pour de la rentabilité, parfois pour les guider vers la sortie.

Tout le monde n'a pas les moyens de dire non (moi je l'ai eu), il y a un prix à payer (le mien a été la satisfaction de voir virer la personne quelque temps après), mais d'autres en viennent à des extrêmes.

J'ai bien aimé le récit car il est le reflet d'une réalité que j'ai connue, que j'ai vécue, même si par moment j'ai trouvé certains passages un peu longs, un peu répétitifs mais sûrement pour refléter l'esprit embrouillé d'Alice mais pourtant elle sait où elle va, elle sait maintenant ce qu'elle veut. Elle a enfin pu crever l'abcès et l'inspecteur a été celui qui a su l'entendre.

Ma note : ***

Ciao