CETTE MAIN QUI A PRIS LA MIENNE

Résumé

Récompensé par le très prestigieux Costa Book Award, un somptueux roman, bouleversant et sensible, où s'entremêlent des voix aussi émouvantes que troublantes pour évoquer les relations maternelles, la force des liens du sang et le pouvoir destructeur des non-dits.

Lexie a accompli son rêve : rejoindre Londres pour y devenir journaliste. Insolente, sûre d'elle, la jeune femme évolue triomphalement dans le fougueux Soho des sixties, menant de front sa vie professionnelle et de mère célibataire. Jusqu'au jour où le destin se rappelle à elle...


Quarante ans plus tard, Elina, une jeune artiste d'origine finnoise, vient de mettre au monde son premier enfant. Un accouchement qui a failli lui coûter la vie et dont le souvenir obsédant menace de détruire son couple.

Car depuis la naissance, son mari, Ted, se comporte de façon très étrange, comme si son inconscient se réveillait d'un profond sommeil. En quête désespérée d'une main qui le guiderait à travers les zones d'ombre de son enfance, Ted va mettre au jour un terrible secret. Un secret qui unit intimement Lexie et Elina.

L'AuteureM

Maggie O'Farrell  est née en 1970 en Irlande, a grandi entre le Pays de Galles et l'Écosse. A l'âge de huit ans, elle est frappée par un virus qui l'empêche d'aller à l'école pendant un an. Cet événement sera repris dans l'un de ses romans, La distance entre nous.
Les romans de O'Farrell tournent autour de thèmes récurrents : la complexité des relations entre deux sœurs, la perte d'un être cher et les conséquences que celle-ci entraîne dans l'existence de ses personnages.
Parallèlement à son activité de romancière, Maggie a travaillé comme journaliste, notamment à Hong Kong, et pour The Independent on Sunday. Elle a également enseigné l'écriture créative.
Elle est mariée au romancier William Sutcliff, avec lequel elle vit à Edimb

Mon avis

J'ai découvert cette auteure au détour d'un article dans Lire Magazine qui m'a donné envie de la connaître et de la lire.

Je ne suis pas déçue et je vais même continuer à la lire..... Très beau roman sur la maternité, les racines, les liens du coeur, les non-dits.

A travers la naissance de son fils, Ted, ressent un mal être, quelque chose de trouble dans sa vie et ne voit plus certains lieux de la même façon. 

La vérité éclatera à la fin du livre (et je ne vous en dirai pas plus car l'histoire est très bien ficelée). On pense tout avoir compris mais que nenni.

Le récit par le récit de deux femmes : Lexie (diminutif d'Alexandra), dans les années 50, femme moderne, libre et volontaire. Elle quitte sa famille pour Londres et deviendra journaliste culturelle, elle vivra une folle passion avec Innes, son mentor, son idole mais qui disparaitra brutalement et dont elle ne se remettra jamais de la disparition.

L'autre personnage est Elima : une finlandaise qui vient d'avoir un petit garçon Jonah et dont l'accouchement a été violent, brutal et sanglant. Ted son compagnon depuis cette accouchement a un comportement étrange. 

La force de ce roman réside dans le fait, enfin pour moi, c'est que l'on croit que les principaux acteurs de ce roman sont Lexie et Elima, on commence à se dire : ah oui j'ai tout compris...... et bien non ...... enfin oui ...... enfin oui/non ! Car oui elles sont les rouages de l'intrique mais on découvre au fil des pages qu'il y a plein d'autres personnages qui gravitent autour d'elles et que tous sont importants.

A la fin de la lecture je me suis rendue compte que certains personnages n'étaient pas cités par leurs prénoms et pour cause. Ils sont laissés dans l'ombre et prendront toute leur place à la fin du récit.

Un vrai coup de coeur : pour l'histoire (et pour moi c'est très important) mais aussi pour l'écriture, fluide, agréable, pour les personnages et en particulier de Lexie qui m'a beaucoup plu de par son parcours, sa volonté et sa liberté.

Ma note : ****

COUP DE COEUR

Ciao