UN CLAFOUTIS AUX TOMATES CERISES

Résumé

Au soir de sa vie, Jeanne, 90 ans, décide d'écrire son journal intime. Sur

une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l'hiver, d'événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis plus de soixante ans dans l'Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches. La liberté de vie, et de ton, est l'un des privilèges du très grand âge, aussi Jeanne fait-elle ce qu'elle veut - et ce qu'elle peut : regarder pousser ses fleurs, boire du vin blanc avec ses amies, s'amuser des mésaventures de Fernand et Marcelle, le couple haut en couleurs de la ferme d'à côté, accueillir - pas trop souvent - ses petits-enfants, remplir son congélateur de petits choux au fromage, déplier un transat pour se perdre dans les étoiles en espérant les voir toujours à la saison prochaine...

"Un clafoutis aux tomates cerises", le plus joli roman sur le grand âge qui soit, traite sans fard du temps qui passe et dresse le portrait d'une femme qui nous donne envie de vieillir.

L'auteure

DE BURE

Bourbonnaise, originaire de Vichy (Allier), Véronique de Bure vit à Paris. Mariée et mère de deux enfants, éditrice, elle est l'auteur d'un roman, "Une confession" (Stock) et de trois récits, "Un retraité" (Stock), "Retrouver Estelle" (avec Éric Mouzin, Stock) et "J'ai mis mon fils chez les cathos" (Belfond). 
"Un clafoutis aux tomates cerises" (Flammarion, 2017) est son deuxième roman. 

Mon avis

J'ai lu pas mal de choses sur ce livre et comme j'en entendais parler en bien ...... et même en très bien j'ai profité de mon passage au Printemps du Livre de Montaigu pour rencontrer l'auteure et faire dédicacer le livre pour l'offrir à ma mère pour la fête des Mères..... Afin de lui mettre entre les mains un livre sur la joie paisible de cette vieille dame qui ose dire ce qu'elle pense, qui nous fait partager ses idées, ses pensées et parfois ses aventures....

Oui la vieillesse peut être belle quand on choisit de la vivre près de ses amies (beaucoup de femmes), que l'on garde des activités : bridge, marche, cuisine, mots croisés etc.... sans oublier de temps en temps faire un petit extra boisson ou repas mais surtout que l'on a été épargnée par la maladie car dès que les petits tracas de santé s'immiscent dans la vie de Jeanne ou de ses amies là plus rien ne va et les hivers sont parfois des exterminateurs sans parler du dernier refuge avant le grand voyage : la maison de retraite.

Mais Jeanne garde bon pied, bon oeil et elle avance vaillamment sur l'allée de la vie, captant les petits bonheurs de chaque jour, trouvant dans la moindre activité une source d'émerveillement mais aussi une critique parfois sur notre monde moderne et ses petites tracasseries.

Véronique De Bure a su capter et nous captiver avec cette charmante Jeanne, qui n'a pas sa langue dans sa poche, qui s'observe et rit parfois d'elle-même et qui du haut de ses 90 printemps nous donne une belle leçon de vie.

La fin (le livre retrace le journal de Jeanne sur 4 saisons, du printemps à l'hiver) et je dois avouer que cette dernière saison m'a beaucoup émue car Jeanne tout doucement glisse vers l'autre monde, sans crainte, ni peur mais sereine.

Ma note : ***

Ciao